Catégories

Tout savoir sur l’assurance habitation

Tout savoir sur l’assurance habitation

Si vous vous apprêtez à louer un logement ou si vous êtes propriétaire, il est certain que vous avez déjà entendu parler ou dû souscrire une assurance habitation. Pourtant, cette étape essentielle reste souvent méconnue alors qu’elle regroupe de nombreux aspects qu’il est primordial de connaître pour en tirer parti au maximum.

Bien sûr, vous avez envie de faire une bonne affaire en souscrivant votre assurance habitation. Cependant, ce ne doit pas être la seule raison qui vous motive sous peine de vous faire avoir et de ne pas retrouver toutes les garanties dont vous avez besoin au quotidien dans votre logement. Voici donc tout ce que vous devez savoir sur l’assurance habitation.

A lire aussi : Pourquoi engager une agence immobilière ?

Comment prendre une assurance habitation ?

Pour souscrire à une assurance habitation en ligne, les étapes à franchir sont très simples. Vous devrez simplement vous rendre sur le site de l’assureur concerné, puis cliquer sur le bouton approprié pour ce faire. Il peut s’agir d’une invitation à découvrir le tarif par exemple ou à effectuer une simulation en ligne. La demande de devis s’effectue en seulement quelques minutes directement en ligne. Il vous suffit d’entrer votre nom et votre prénom pour commencer.

L’adresse du bien que vous occupez vous sera ensuite demandée. Vous devrez indiquersi vous êtes propriétaire ou bien locataire afin d’obtenir un tarif adapté à vos besoins et qui corresponde pleinement à votre situation. Le type de bien occupé vous sera également demandé, c’est à ce moment que vous devez préciser s’il s’agit d’un appartement ou d’une maison. Enfin, vous devrez renseigner l’étage auquel se situe le bien que vous louez ou qui vous appartient ou indiquer qu’il se trouve en rez-de-chaussée.

A lire également : RE2024 et permis de construire : nouveautés et impacts pour les bâtisseurs

Indiquez ensuite la taille du logement ou une estimation. Cette information figure généralement dans votre bail locatif ou encore sur votre acte de propriété. Vous serez par ailleurs demandé si vous possédez des moyens de surveillance comme une caméra ou encore une alarme. Le nombre de personnes occupantes le logement avec vous, vous sera demandé pour peaufiner le devis et vous fournir un tarif personnalisé. La valeur des biens que vous possédez peut vous être demandé, surtout si vous possédez des biens particulièrement onéreux de plusieurs milliers d’euros, afin d’estimer le niveau de couverture qui vous convient.

Des questions d’ordre administratif sont demandées par les assureurs. Ces questions sont en rapport avec la déclaration antérieure d’un sinistre au cours d’un certain laps de temps ou si votre ancienne assurance habitation a été résiliée par votre assureur au cours des trois dernières années. Enfin, vous devrez indiquer si vous êtes déjà assuré pour le logement en question et depuis combien de temps. Pour finaliser votre demande de devis, il vous suffit ensuite d’entrer votre date de naissance, votre adresse email, votre ville de naissance et d’accepter les conditions générales.

Vous recevrez ensuite votre devis par mail pour le consulter tranquillement et vous faire une idée des garanties proposées. Si vous êtes propriétaire, différentes informations pourraient vous être demandées comme la date de construction de votre logement, s’il s’agit d’une résidence principale, secondaire ou locative, la date à laquelle votre toit a été construit ou remplacé, le type de matériau utilisé pour la construction ou encore si vous disposez d’une véranda, d’une piscine, de panneaux solaires ou d’une cheminée.

Vous devrez indiquer si vous possédez un garage, une cave ainsi que leur superficie. Comme vous l’aurez compris, faire une demande d’assurance habitation peut paraître compliqué, mais est en réalité très facile. Cela ne demande que quelques instants afin de recevoir votre tarif.

À quoi sert une assurance habitation ?

L’assurance habitation vous couvre en cas de dégâts causés à votre logement ou de dommages causés sur une personne à l’intérieur du logement ou dans une dépendance, un jardin, une partie attenante. L’assurance peut couvrir plusieurs risques très différents. Elle comprend généralement deux parties distinctes. D’un côté, on retrouve la partie responsabilité civile et de l’autre la partie des garanties dommages aux biens. La partie responsabilité civile est celle qui est indispensable pour les propriétaires non occupants d’un logement en copropriété ou résidents dans un logement en copropriété. En tant que locataire, elle est alors renommée garantie risques locatifs.

Cette garantie prend en charge les dommages causés sur l’habitation ou l’immeuble. Pour les copropriétaires, la garantie responsabilité civile prend en charge les dommages causés aux parties privatives du logement. Souvent, l’assurance responsabilité civile couvre également les dommages que vous auriez provoqués auprès de tiers en dehors de votre logement.

Bien souvent vous sera proposé un contrat multirisque couvrant plusieurs types de dommages et de nombreuses options. L’assurance habitation peut couvrir le bris de glace, le vol, les incendies, les dégâts des eaux, les catastrophes naturelles comme les inondations, les événements climatiques comme la grêle. Elle peut aussi comprendre une garantie d’assurance dans le cadre scolaire et extra-scolaire.

Votre enfant sera ainsi couvert en cas de dommages que subirait votre enfant en pratiquant une activité physique ou sportive, lors d’une sortie d’école ou en se promenant à l’extérieur du domicile. Elle couvre aussi les dommages que votre enfant causerait à un tiers.

Les options disponibles

Certaines options sont disponibles dans le cadre de la souscription d’une assurance habitation multirisque. Ce genre de contrat est le plus complet actuellement disponible sur le marché, il vous permettra de vous prémunir de toute éventualité et donc d’être plus serein au quotidien. Elle peut comporter un recours des voisins et des tiers.

Cette garantie couvre les dommages causés aux voisins, aux copropriétaires, mais aussi aux colocataires éventuels du logement assuré en cas d’incendie, d’explosion ou encore de dégât des eaux émanant de votre habitation et ayant créé des dégâts chez des tiers. D’autres garanties peuvent entrer en jeu comme une garantie d’assistance. Cette dernière vous permet entre autres de bénéficier de services de gardiennage de domicile en cas d’absence, de faire garder vos enfants en cas d’hospitalisation ou encore d’obtenir le remboursement de vos frais de première nécessité.

Vous pouvez y ajouter la garantie protection juridique souvent incluse dans ce type de contrat multirisque qui prévoit un service d’assistance et de conseil juridique, voire le recours à l’aide d’un avocat pour régler une procédure judiciaire devant les tribunaux. Si vous possédez une piscine, vous serez peut-être intéressé par une option dédiée visant à couvrir tout risque lié à son utilisation et aux dommages matériels qui pourraient en découler.

La garantie animaux de compagnie intéressera possiblement les propriétaires de chiens de catégorie 1 ou 2 ou encore ceux d’animaux de compagnie classés NAC soit les rongeurs comme les lapins, les octodons, les lézards et insectes et bien d’autres encore. L’assurance habitation peut aussi prendre en charge sur option les dommages causés aux dépendances, à une résidence secondaire ou de villégiature, ou les frais relatifs à l’entretien de l’électroménager.

Les exclusions de garantie

Malgré toutes leurs vertus, les assurances habitation ne peuvent pas tout couvrir et des exclusions de garantie prévues au contrat existent. C’est le cas de dommages causés soit à soi-même, soit à ses proches. Si votre enfant casse votre télévision par mégarde par exemple, alors, vous ne serez pas couvert. Si les dommages sont causés de manière volontairement auprès d’un tiers et que cette volonté est manifeste. Si les dommages créés sont le fait d’un chien de catégorie considéré comme dangereux pour les autres sans assurance spécifique. De même, ne sont pas pris en charge les dommages qui découlent d’une activité professionnelle ou de la conduite d’un véhicule à moteur pour lequel vous avez souscrit obligatoirement une assurance automobile notamment.

Dans quels cas de figure doit-on prendre une assurance habitation ?

Vous êtes obligé de souscrire une assurance habitation si vous êtes locataire à l’année d’un logement, qu’il s’agisse d’un appartement ou d’une maison. Mais c’est aussi le cas si vous êtes propriétaire d’un logement situé en copropriété et ce même si vous n’habitez pas dans le logement concerné. Dans ce cas, les garanties auxquelles vous avez droit viennent en complément de l’assurance habitation souscrite par votre ou vos locataires. Vous n’êtes pas exigé d’avoir une assurance habitation dans le cas d’une location saisonnière ou si vous habitez un logement de fonction. Elle n’est pas non plus obligatoire en tant que propriétaire occupant un logement individuel en zone de non-copropriété, mais elle reste fortement recommandée pour diverses raisons.

Quand informer son assureur d’un changement de situation ?

Vous devez informer votre assureur de tout changement de situation dans les 15 jours calendaires suivants la survenue de cet événement. L’assureur pourra alors vous proposer un nouveau tarif ou de nouvelles garanties. Si vous les refusez, le contrat sera résilié automatiquement dans un délai de 30 jours à compter de la proposition faite par l’assureur.

Comment faire des économies sur son contrat d’assurance habitation ?

Si votre souhait est de faire des économies sur le tarif de votre assurance habitation, voici quelques conseils. Vous pouvez déjà opter pour un paiement annuel plutôt que mensuel qui augmente le coût de votre assurance et les frais de traitement de dossier entre autres.

Pour faire baisser son montant, il est aussi possible de négocier directement avec votre assureur. Vous pouvez notamment profiter de l’arrivée de la date anniversaire pour faire valoir vos doléances. Vous pouvez profiter d’un changement de situation comme un licenciement, un mariage, une prime au travail ou l’installation de caméras de surveillance pour renégocier votre contrat.

Il est aussi envisageable de jouer sur le niveau de franchise. En effet, plus la franchise est élevée, moins vos cotisations seront hautes. En cas de sinistre, la part qui restera à votre charge après l’indemnisation de l’assurance sera donc élevée, mais c’est aussi un bon moyen d’économiser sur vos mensualités. Vous pouvez également regrouper tous vos contrats d’assurance chez le même assureur pour faire baisser son coût.

Vérifiez que certaines garanties ne sont pas en double pour éviter de payer plus cher un service auquel vous avez déjà accès. N’oubliez pas de vérifier régulièrement la valeur de votre capital mobilier, car celle-ci peut baisser au fil du temps à cause notamment de la vétusté. Si un membre du foyer déménage et part du domicile, il faudra l’indiquer à votre assureur, parce que les frais devraient baisser en conséquence. Vous pouvez changer la garantie d’indemnisation de vos objets à leur valeur neuve pour opter pour une indemnisation prenant en compte la vétusté et l’usure pour réduire le coût de votre assurance habitation.

Comment résilier une assurance habitation ?

En théorie, il n’est pas possible de mettre fin à votre contrat d’assurance habitation pendant la première année après la souscription. Cependant, la loi Hamon de 2015 vous permet de résilier votre assurance habitation n’importe quand après l’an anniversaire. Par ailleurs, si vous êtes amené à déménager ou à vendre votre bien, vous pouvez alors résilier votre contrat sans attendre la fin de la première année de souscription.

Certains événements peuvent vous amener à vouloir résilier votre contrat comme un déménagement, une baisse d’activité, la fermeture de votre société, un divorce ou un départ à la retraite. Vous devrez fournir les pièces justificatives dans les trois mois suivants l’événement concerné pour acter votre demande de résiliation. L’assureur mettra fin à votre contrat dans un délai d’un mois suivant leur réception.

Si l’assureur a prévu dans les conditions générales que vous pouviez mettre fin au contrat en cas de changement du niveau des garanties ou d’augmentation du tarif notamment. Vous n’êtes pas obligé d’effectuer ces démarches seul, votre nouvel assureur peut s’en charger pour vous à condition de lui fournir les indications essentielles pour ce faire. Vous pouvez déclarer votre envie de résilier le contrat par lettre recommandée avec accusé de réception, par déclaration faite au siège, par tout support prévu dans votre contrat ou par acte extrajudiciaire.

Dans quels cas un assureur peut-il mettre fin au contrat d’assurance habitation ?

Il existe des cas particuliers pour lesquels votre assureur peut mettre fin de lui-même et en toute légalité à votre contrat d’assurance habitation. C’est le cas si vous n’avez pas payé plusieurs de vos cotisations selon le code de l’assurance. De plus, votre assureur pourra résilier votre contrat de plein droit si vous avez effectué de fausses déclarations.

Par exemple, si vous vous êtes trompé sur le nombre de pièces, la superficie ou d’autres informations essentielles pour établir le tarif de votre assurance. S’il s’agit d’une simple erreur, votre assureur peut choisir de poursuivre le contrat d’assurance en recalculant les modalités d’application, les garanties incluses, les primes et le tarif initialement fixé. Sinon, il peut mettre fin au contrat en vous en informant par lettre recommandée.

Cette résiliation interviendra alors 10 jours après la notification par lettre. Vous recevrez alors la portion de votre cotisation correspondant à la période pendant laquelle le bien n’était plus assuré. Si les risques encourus viennent à s’aggraver et devenir plus importants, l’assureur se réserve le droit d’augmenter les frais liés à vos garanties ou encore de résilier le contrat. Il peut également résilier le contrat suite à un sinistre si le motif est clairement exposé dans les conditions générales jointes au contrat d’assurance et si l’assureur motive sa décision.

Si la déclaration de sinistre est inexacte, l’assureur peut alors vous indemniser, mais réduire l’indemnité en fonction du taux des primes qui ont déjà été payées.

Comment déclarer un sinistre ?

Si le sinistre vous concerne uniquement vous ou les membres vivant sous votre toit, alors, vous pouvez effectuer la déclaration de votre côté, si un tiers est impliqué, alors, il devra lui aussi effectuer une déclaration de sinistre auprès de son assurance. Rien n’est clairement fixé et imposé par le code des assurances, la déclaration peut donc se faire par courrier, par appel téléphonique auprès de votre assurance ou encore en ligne sur le site de votre assureur.

Vous devrez indiquer notamment la date et l’heure approximative auxquels le sinistre est survenu. Il vous faudra mentionner si des tiers sont impliqués, mais également décrire en détail la nature du sinistre. Vous devrez expliquer l’origine du sinistre et ses conséquences, les dégâts et dommages qu’il a causés aux biens ou aux personnes. Mais ce n’est pas tout, vous devrez aussi respecter les délais prévus par la loi.

Ils sont de deux jours ouvrés pour un vol ou un cambriolage dès lors que vous l’avez constaté, de cinq jours ouvrés pour le bris de glace et les autres sinistres comme un incendie. Le délai est de 10 jours suivant la publication au Journal Officiel de l’arrêté interministériel en cas de catastrophe naturelle, mais ce délai peut être allongé selon l’ampleur de l’événement. Vous devez ensuite envoyer toute pièce justificative utile comme les factures des biens endommagés, des photos, des tickets de caisse ou encore des bons de garantie.

Gardez les biens endommagés et laissez-les en place au maximum dans le cas où un expert devrait passer constater les dégâts à votre domicile. Si vous devez effectuer d’urgence des réparations, il est important de garder les factures liées à la réparation et de demander l’avis de votre assureur au préalable. Votre assureur dispose d’un délai légal pour vous indemniser qui varie selon les assurances, il est généralement de 3 mois pour les catastrophes naturelles, de 10 à 30 jours pour les sinistres de petite ampleur comme un bris de glace ou un dégât des eaux, et de 1 à 3 mois pour les cambriolages.

Articles similaires

Lire aussi x